Laetitia Avia, la députée LREM qui horrifie ses assistants


laetitia avia, lrem, politique
Laetitia Avia, la députée LREM qui horrifie ses assistants

3 anciens collaborateurs de la députée confirment les infos de Mediapart auprès de @bfmtv.
Et l'entourage de Gilles Le Gendre confirme avoir déjà été alerté.

Laetitia Avia doit concrétiser mercredi à l'Assemblée un combat mené de longue date : le vote final de sa loi contre la haine en ligne. Avocate de formation et militante En marche de la première heure, elle a rapidement gravi les échelons, jusqu'à devenir députée de Paris en 2017, puis porte-parole du mouvement. Lors de son discours général, le premier ministre a même rendu un hommage appuyé à cette élue qui incarne le combat contre toutes les discriminations. Mais d'anciens assistants parlementaires de la députée livrent une version bien plus nuancée. Avec de nombreux documents à l'appui, ils ont accepté de parler, de raconter les coulisses et les méthodes de la porte-parole d'En marche. William, Sophie, Charlotte, Nicolas et Benoît (voir notre Boîte noire), la trentaine pour la plupart, reprochent à Laetitia Avia des humiliations au quotidien. Ils révèlent aussi d'importantes contradictions entre le discours public de l'élue et ses pratiques au travail.

Aucun de ces assistants parlementaires n'a entrepris de démarche judiciaire. Au départ, d'ailleurs, Sophie ne voulait pas témoigner des pratiques de son ancienne cheffe, pour qui elle a travaillé plus d'un an en 2018. « J'ai tenté de passer à autre chose et il m'a fallu du temps pour me reconstruire, explique-t-elle. Mais de voir qu'elle va faire voter sa loi sur la cyberhaine, qu'elle se positionne sur tous les sujets anti-discrimination, j'ai dû mal à le supporter. » D'après elle, il y aurait « un fossé entre les valeurs qu'elle défend publiquement et ce [qu'elle a] constaté en travaillant à ses côtés ». Les cinq ex-collaborateurs rapportent tous avoir été témoins de propos à connotation sexiste, raciste et homophobe de la part de la députée. Leurs différentes alertes en interne étant restées lettre morte, ils se sont résolus à parler à Mediapart.

Contactée, la députée nie d'emblée. « Il y a un élément sur lequel vraiment je suis sans appel, c'est le racisme, l'homophobie et le sexisme. Je ne les tolère pas. Je ne les tolère nulle part, y compris dans les cadres privés, y compris pour ce qui est considéré comme étant des blagues, qui ne participent en réalité qu'au racisme ordinaire » (voir notre Boîte noire). De nombreux documents obtenus par Mediapart montrent pourtant l'inverse.

Selon ses anciens assistants, un ex-salarié d'origine asiatique, qui n'a pas souhaité livrer de commentaires, en faisait régulièrement les frais. « C'était son bouc émissaire, elle l'appelait parfois "le Chinois" ou reprenait des clichés racistes pour parler de lui », se souvient Sophie. Ainsi, en avril 2018, elle cherche à savoir qui a encaissé un chèque et l'accuse sur la messagerie cryptée Telegram, en confiant à un autre collaborateur : « Ça sent le Chinois. »



Kweeped from www.mediapart.fr by actualites 17 days ago
More Kweeps From www.mediapart.fr

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading