Rubrique-à-bloc

Tout sur la philatélie, le fromage au lait cru, les tringles à rideaux et les pinces à vélo …
antivol

Place aux jeunes

Kweeped from www.cinemotions.com by antivol 25 days ago


"Tout le film est dominé par le sens de la mort. De la mort d'une classe, d'un individu, d'un monde, d'une certaine mentalité, de certains privilèges. Rien n'est changé mais tout est diffèrent. [...] Le pressentiment, la prescience de la mort est un de mes thèmes principaux. Je ne crois pas qu'il ait auparavant dominé aucun de mes films. Ce thème est essentiel dans la grande séquence finale, où l'ancien donne son grand bal pour laisser place au nouveau."
http://emmanuel.denis.free.fr/visconti/entre/entre12.html 
Entretien de Luchino Visconti avec Georges Sadoul, Festival de Cannes de 1963, où Le guépard remporta la palme d'or. Il a d'abord été publié dans Les Lettres françaises n°980 du 30 mai 1963.

Alain Delon, Claudia Cardinale et Burt Lancaster dans le film « Le Guépard » (Il Gattopardo) réalisé par Luchino Visconti. (1963)

antivol

Et bien dansez maintenant !

Kweeped from www.cinemotions.com by antivol 28 days ago


Claudia Cardinale et Burt Lancaster pendant le tournage de « Le Guépard » (Il Gattopardo) sous le regard de leur metteur en scène Luchino Visconti.
Le film est sorti en 1963.
"Photographie attribuée à GB Poletto"

antivol

Vieillir c'est rajeunir un peu

Kweeped from www.kweeper.com by antivol 36 days ago

Charlie Hebdo n°1196 / 24 juin 2015

antivol

Bac philo 2015

Kweeped from www.kweeper.com by antivol 46 days ago

La différence entre masser un homme et « Ma, c'est une femme ! »

Un sorte de Boby Lapointe émoussé.

antivol

Hazel Brooks, la belle descente

Kweeped from farm3.staticflickr.com by antivol 49 days ago


Hazel Brooks in « L'Homme aux lunettes d'écaille » (Sleep, My Love) réalisé par Douglas Sirk. (1948)

« Le meilleur moment de l'amour, c'est quand on monte l'escalier » a dit Georges Clemenceau.
Le meilleur moment c'est quand Hazel Brooks descend l'escalier.
Quand Hazel Brooks descend, l'escalier monte ...

antivol

Sur les Champs

Kweeped from theredlist.com by antivol 96 days ago


- Et maintenant qu'est ce que tu fais ? Tu remontes ou tu descends les champs ?
- Qu'est ce que c'est « les champs » ?

Tournage d'« À bout de souffle » sur les Champs-Élysées en 1959 avec Jean-Luc Godard, Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg.

Photo de Raymond Cauchetier.

antivol

Disasterpeace - It Follows

Kweeped from www.deezer.com by antivol 163 days ago

antivol

Chiasse, pêche et traduction

Kweeped from www.kweeper.com by antivol 47 days ago

Traduction approximative de votre serviteur, du Chiasseur françois vers le Kweeper français.
La traducteur décline toute responsabilité, service compris.

antivol

Pierre Rissient

Kweeped from sensesofcinema.com by antivol 54 days ago


Qu'est-ce qu'il fait, qu'est-ce qu'il a, qui c'est celui-là ?
Il a une drôle de tête ce type-là
http://evene.lefigaro.fr/celebre/biographie/pierre-rissient-37872.php 

http://3.bp.blogspot.com/_Y2F7daFbH4M/S2rc1U6523I/AAAAAAAAEd8/qg7YhvzzYWU/s1600/film+critic+Pierre+Rissient+%28R%29+and+French+director+Bertrand+Tavernier+%28L%29+on+the+last+day+of+the+Lumiere+2009+Grand+Lyon+Film+festival+in+Lyon+October+18,+2009.jpg 
Pierre Rissient et Bertrand Tavernier face à Clint Eastwood en 2009 à Lyon.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Rissient 

antivol

Ryūichi Sakamoto - Furyo

Kweeped from www.deezer.com by antivol 103 days ago


Musique de Ryūichi Sakamoto pour le film « Furyo » (Senjō no Merry Christmas) film réalisé par Nagisa Ōshima en 1983.
Musique revisitée au piano solo par Ryūichi Sakamoto.

antivol

Are you real ?

Kweeped from www.youtube.com by antivol 150 days ago


Matt Dillon, C. Thomas Howell, Ralph Macchio, Diane Lane et Michelle Meyrink dans « Outsiders » (The Outsiders) de Francis Coppola (1983)
Mais avec aussi dans l'extrait Tom Cruise, Rob Lowe et Emilio Estevez.

antivol

Prendre les choses en main

Kweeped from emmanuel.denis.free.fr by antivol 24 days ago


« En revanche, la première scène était donc celle du bal, Burt souffrait du genou mais il ne l'avait pas dit. La scène n'allait pas et Visconti était furieux. Il m'a alors prise par la main et m'a entraînée hors du plateau, dans l'aile du palais qu'il occupait avec ses valets de chambre gantés de blanc... Il m'a fait asseoir et on a bu du champagne, j'étais très gênée... On parlait de tout et de rien mais surtout pas de l'incident. Luchino avait dit devant tous les techniciens et les figurants: "Nous reviendrons quand M. Lancaster sera prêt..." En fait, Luchino ne supportait pas qu'on pense à nos petits problèmes personnels quand on tournait et cet incident était pour lui l'occasion de montrer qu'il ne se laissait pas impressionner par une star américaine venue d'Hollywood et que, sur le set, il était le seul et unique maître. Une heure plus tard donc, Lancaster a fait savoir qu'il était prêt. On a repris la scène du bal comme si de rien n'était.Ainsi est née une très grande amitié entre But et Luchino, une amitié qui a duré jusqu'à la fin de sa vie. En fait, Visconti aimait bien entretenir une tension extrême, je crois que ça lui permettait d'obtenir le maximum de ses interprètes... Il savait tellement bien ce qu'il voulait... »
http://emmanuel.denis.free.fr/visconti/entre/entre14.html 

Entretien de Claudia Cardinale avec Michel Rebichon paru dans Studio magazine numéro 20, décembre 1988.

Burt Lancaster, Luchino Visconti et Claudia Cardinale sur le tournage de « Le Guépard » (Il Gattopardo). Film sorti en 1963.

antivol

Le Tour de France vu par Olivier Todd

Kweeped from www.kweeper.com by antivol 27 days ago


...

antivol

Le dernier film de Luchino Visconti

Kweeped from 2.bp.blogspot.com by antivol 31 days ago


Marie Dubois, Laura Antonelli et Giancarlo Giannini dans « L'Innocent » (L'Innocente) le dernier film réalisé par Luchino Visconti. (1976)
« Son instinct était infaillible. Il utilisait quatre caméras avec des objectifs différents, il était difficile de comprendre comment il envisageait le montage. Il utilisa beaucoup cette technique pendant le tournage, parce qu’elle lui permettait d’aller plus vite. Il craignait de ne pas pouvoir finir le film avant de mourir. Il termina le film avec deux jours d’avance sur le plan de travail, ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant. »
http://finestagione.blogspot.fr/2015/01/souvenirs-de-linnocent.html 

antivol

En toute innocence

Kweeped from www.cinemotions.com by antivol 34 days ago


Laura Antonelli et Giancarlo Giannini dans « L'Innocent » (L'Innocente) le dernier film réalisé par Luchino Visconti. (1976)
Giancarlo Giannini raconte dans son recueil de souvenirs « Sono ancora un bambino (ma nessuno può sgridarmi) » [Je suis encore un enfant, mais personne ne peut me gronder], le tournage du film :

« Dans L’Innocent, on retrouve la philosophie nietzschéenne du surhomme. En particulier dans une scène, quand mon personnage cherche à pousser sa femme à avorter. […]
« Je demandai à Luchino de m’habiller en noir, comme un corbeau, ce que j’étais en fait, et je modifiai ainsi toute la scène. J’entrais dans la chambre, je la découvrais, elle apparaissait nue, moi habillé sur le lit, et elle devait se baisser puis disparaître de l’image. C’est moi qui, dans un gros pln, aurais raconté la suite. [Giannini reste très allusif, mais la "suite" en question est une fellation...] Quand je lui fis part de mes idées, je vis l’expression de Visconti changer, et il s’exclama : « C’est très beau ! On va tourner la scène comme cela ! »
Mais il ne savait pas comment annoncer ce changement à Laura Antonelli, qui jouait le rôle de l’épouse. Nous avons donc choisi de lui expliquer la scène sans rentrer dans les détails. Il me dit : « On va faire comme ceci : quand je te ferai un signe, tu l’obliges à se baisser, la caméra se rapproche de toi et elle disparaît de l’écran. Donc, le mieux est qu’elle ne le sache pas à l’avance. » C’était un plan parfait : Visconti était génial ; il imaginait tout, il avait déjà en tête le résultat final tel qu’on le verrait à l’écran. »

http://finestagione.blogspot.fr/2015/01/souvenirs-de-linnocent.html 

antivol

Disparition de la Beauté

Kweeped from theredlist.com by antivol 39 days ago


Laura Antonelli et son metteur en scène Luchino Visconti sur le tournage de « L'Innocent » (L'Innocente).
Il disait qu'elle était : « la plus belle femme de l’univers ».

antivol

Pas la moitié qu'on peut voir !

Kweeped from 40.media.tumblr.com by antivol 48 days ago


Marilyn Monroe et Cary Grant dans « Chérie, je me sens rajeunir » (Monkey Business) réalisé par Howard Hawks (1952)

Barnaby Fulton (Cary Grant) est un chimiste, il a pour femme Edwina (Ginger Rogers) et Lois Laurel (Marilyn Monroe) est une secrétaire dans le laboratoire où il travaille.
Lorsqu'elle croit découvrir une sorte de liaison entre Barnaby et la secrétaire, Edwina et lui échangent ce dialogue révélateur sur Lois :
Edwina : – Oh you mean that little pin-up girl ? Very cute!
Barnaby : – Sort of. But half infant.
Edwina : – Not the half that's visible!
(– Oh tu veux dire cette petite pin-up ? Très jolie en effet ! – Assez. Mais à moitié gamine. – Ben pas la moitié qu'on peut voir !).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A9rie,_je_me_sens_rajeunir 

antivol

Jean-Paul Poiccard et Jean Franchini

Kweeped from fc.topit.me by antivol 95 days ago


"La photographie où Jane Seberg et Jean-Paul Belmondo marchent le long des champs Élysée n'a, en réalité, pas été prise lors du tournage. Il s’agit d’un instant pris sur le vif par Cauchetier qui a saisi les deux jeunes acteurs insouciants entre deux prises. Il m’a expliqué qu’il ne se considérait pas comme un “artiste” mais simplement comme un “témoin.” Cette modestie doit remonter à son époque de photojournaliste en Indochine. En fait, cette photo possède l’immédiateté d’un cliché de Kertesz, Cartier-Bresson ou Doisneau — Belmondo mains dans les poches, une cigarette au bord des lèvres, son pied droit saisi juste avant qu’il ne touche le sol, et Seberg radieuse, toute à son insouciance américaine, image parfaite des balbutiements de cette période du cinéma français."
http://www.cinematheque.fr/fr/musee-collections/actualite-collections/actualite-patrimoniale/nouvelle-vague-raymond-c0.html 

C'est la première photo que j'ai kweepé (autrement dit, posté sur kweeper mais c'est plus long alors que la photo était plus courte !) : http://kpr.me/000dFe 

antivol

Paris, Champs-Elysées, 1959

Kweeped from www.polkamagazine.com by antivol 104 days ago


"Ici, une photo de Seberg, Belmondo et Godard parlant devant une tasse de café avant le premier jour de tournage de Seberg. Cette image pourrait très bien être une scène de café de Brassai ou de Doisneau, un de ces instants intimes volés par un photographe de l’instantané. Belmondo a commencé le film depuis déjà une semaine et son attitude blasée, en dit long sur ce qu’il pense du discours d’intellectuel de café de Godard. Belmondo, ancien boxeur, instinctif, ayant déjà neuf films à son actif, est peu susceptible d’être à l’écoute de la fréquence verbale de Godard. Sur le devant de l’image, à droite, quelqu’un lit Positif, le magazine concurrent des Cahiers du Cinéma, journal maison pour Godard et Truffaut. Seberg, qui a été découverte quelques années plus tôt par le tyrannique Otto Preminger et qui a prêté ses traits à sa Jeanne d’Arc dans Sainte Jeanne, se couvre la bouche, comme Belmondo, sans doute pour éviter de poser une question à propos de la scène (sa formation a été du style de “La Méthode”). On peut sans doute penser qu’elle reste dubitative quant aux propos de Godard, à ses intentions, et à sa gestuelle d’auteur."
http://www.cinematheque.fr/fr/musee-collections/actualite-collections/actualite-patrimoniale/nouvelle-vague-raymond-c0.html 

Jean Seberg avait mis au dos de cette photo : "querelles avec Jean-Luc Godard".

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading