L’Équateur de 2015 : l'épuisement d'un modèle dans un contexte de crise mondiale


equateur, correa, economie, societe, crise, capitalisme, petrole, culture, ecologie

Via @xtian
Excellent article du CADTM... A lire

Les réflexions de Bolívar Echeverría, l’un des plus grands intellectuels équatoriens d’après-guerre, dont la pensée se situe dans la ligne de l’école de Francfort, nous permettent de comprendre que la situation décrite n’est pas un phénomène purement équatorien, ni un projet « machiavélique » d’une organisation politique particulière, comme Alianza País et encore moins celui d’un seul homme, le Président Correa. C’est la conception occidentale de la modernité qui est en question, parce que, selon cet intellectuel, depuis le début du Siècle des Lumières, cette dernière fut absorbée par la logique du capitalisme. Karl Polanyi, un historien de l’économie, a développé des idées similaires, en affirmant que le capitalisme est parvenu à dissocier l’économie de la société, ce qui lui a permis d’imposer la loi de la valeur à tous les aspects de la vie communautaire.

La chute du socialisme du XXe siècle est due en grande partie au fait que cette conception du développement humain n’avait pas changé avec le socialisme, puisqu’elle concevait le progrès de façon linéaire, comme le résultat de la science et des techniques et la planète comme un réservoir inépuisable de ressources naturelles. Pour la même raison, la Chine et le Vietnam ont adopté des politiques économiques basées sur la loi du marché, en ignorant les externalités, c’est-à-dire les conséquences écologiques et sociales. En Équateur, le même manque de vision holistique caractérise la notion du « nouveau modèle productif » : exporter sans tenir suffisamment compte des externalités, à savoir les dommages environnementaux et sociaux.

Évidemment, il ne s’agit pas de proposer un retour au passé, mais de redéfinir une nouvelle modernité, impliquant un changement de paradigme, avec des applications concrètes et des processus de transitions, pour répondre aux besoins de l’humanité et de la planète. Appliquée à la situation de l’Équateur, cette nouvelle modernité pourrait être baptisée « Bien Commun de l’Humanité, ou encore « Buen vivir ».



Kweeped from cadtm.org by blindman 1651 days ago
More Kweeps From cadtm.org

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

xtian

Record forestier en Equateur

Kweeped from www.kweeper.com by xtian 1847 days ago

...http://www.levif.be/actualite/environnement/reforestation-record-en-equateur-pres-de-650-000-arbres-plantes-en-un-jour/article-normal-395345.html 

xtian

The A train ...

Kweeped from 3.bp.blogspot.com by xtian 2176 days ago


...Between 2010 and 2012, Mexican artists and brothers Ivan Puig and Andrés Padilla Domene set out to explore the abandoned passenger railways of Mexico and Ecuador in a retro-futiristic silver vehicle converted for rail travel called the SEFT-1
http://w [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading