Emmanuel Sieyès (1748 - 1836) : gouvernement représentatif contre gouvernement participatif


sieyès, tiers état, histoire, talleyrand, napoleon, constitution, rousseau, droit, democratie
Emmanuel Sieyès (1748 - 1836) : gouvernement représentatif contre gouvernement participatif

À la veille de la Révolution, l'abbé est élu député du tiers état de Paris.

Il accède à la célébrité avec une brochure de propagande révolutionnaire intitulée : Qu'est-ce que le tiers état ?, publiée en janvier 1789 et dans laquelle on peut lire : « Qu'est-ce que le tiers état ? Tout. Qu'a-t-il été jusqu'à présent ? Rien. Que demande-t-il ? À devenir quelque chose».

Ce sont ses idées en plus de celles de Bonaparte qui servent à concevoir la Constitution de 1799 instituant le Consulat. Ainsi, Sieyès est souvent considéré comme un précurseur de la Révolution du fait de son ouvrage Qu'est-ce que le Tiers-état ?, mais aussi comme celui qui a déclenché le coup d’État mettant fin à la période révolutionnaire.

Sieyès était partisan du suffrage censitaire. Il considérait que le vote est une fonction et que par conséquent seuls les individus ayant les capacités (intelligence, niveau économique) d'exercer cette fonction doivent y participer.

Il oppose le gouvernement représentatif (qu'il promeut) et le gouvernement démocratique (qu'il rejette).

Sieyès est vu en science politique comme un contradicteur des théories de Jean-Jacques Rousseau : alors que Rousseau se prononçait pour la démocratie directe et fustigeait le modèle représentatif britannique, Sieyès, moins confiant dans le peuple que Rousseau, choisit de défendre le système représentatif.

Dans le système représentatif, le peuple élit des représentants munis d'un mandat représentatif qui, eux, décident des lois qui s'appliquent, alors que la démocratie directe suppose que le peuple décide des lois qui lui sont appliquées et que les délégués qu'il élit lui sont soumis par des mandats impératifs. La doctrine juridique parle souvent de « souveraineté nationale » pour qualifier l'idée de Sieyès de gouvernement représentatif en l'opposant à celle de « souveraineté populaire », celle de démocratie directe, soutenue par Rousseau puis revendiquée par l'aile gauche du parti des Jacobins, celle dite des Montagnards dirigée par Robespierre, lequel avait surnommé Sieyès « la Taupe de la Révolution ».


« Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer.
S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. »

Sieyès devient célèbre dès 1788 par son Essai sur les privilèges. Mais c'est plus encore sa brochure de 1789 Qu'est-ce que le tiers état ?, texte fondateur de la Révolution française, qui obtient un grand retentissement et assure sa popularité. Il prend ainsi une part active à la Révolution française jusqu'à sa fin, par sa participation au coup d'État du 18 brumaire.

Fin politique, l'ex-abbé est persuadé que seul un général à poigne et auréolé de gloire peut en imposer aux parlementaires et sauver le régime issu de la Révolution. « Je cherche un sabre », dit-il à qui veut l'entendre.

Il s'adresse à Napoléon Bonaparte, de retour d'Égypte, et instaure avec lui le Consulat. Sieyès, qui a lancé la Révolution, a ainsi le privilège de la clore également, dix ans plus tard, en hissant Bonaparte au sommet de l'État. L'ex-abbé reçoit en guise de récompense le domaine de Crosne. Il sera plus tard fait comte d'Empire.



Kweeped from www.toutpourleforage.com by charles 335 days ago
More Kweeps From www.toutpourleforage.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with a user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

charles

Emmanuel-Joseph Sieyès dit l'abbé Sieyès

Kweeped from kweepmail.com by charles 335 days ago


Sieyès, lança la Révolution, et eut le privilège de la clore dix ans plus tard, en hissant Bonaparte au sommet de l'État.

Désigné par Robespierre comme "la taupe de la Révolution ne cessant d'agir dans les souterrains de l'assemblée", il traver [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading