salle de concert et spectacle à Lyon : L'histoire du transbordeur


transbordeur, story, lyon, histoire
salle de concert et spectacle à Lyon : L'histoire du transbordeur

Le Transbordeur

C’est en août 1987 que la municipalité lyonnaise commence à examiner un avant-projet pour l’implantation d’une salle de concert de 600 places sur l’emplacement de l’ancienne usine des eaux de Villeurbanne. Construite à la fin du XIXe siècle à l’extrémité de l’actuel boulevard Stalingrad, cette usine comportant trois bâtiments dont l’un tout en longueur a longtemps été utilisée pour pomper l’eau dans la zone de captage du Grand-Camp afin de la refouler par l’intermédiaire de réservoirs sur la rive gauche du Rhône, sur la Presqu’ile et à Vaise. Les bâtiments, bien qu’érigés dans le périmètre de Villeurbanne, sont cependant la propriété de la Ville de Lyon mais doivent être transférés à la création de la Communauté urbaine de Lyon en 1969, puisque relevant de ses nouvelles compétences. L’usine des eaux du Grand-Camp n’est remplacée qu’à partir de 1975 par celle de Croix-Luizet et son activité cesse définitivement deux plus tard. Depuis lors, la Ville de Lyon loue le terrain et ses entrepôts pour son service des espaces verts.

Le site de l’usine des eaux est un curieux no man’s land. À la fois isolé du tissu urbain et proche du centre de Lyon, il est enserré dans un nœud de circulations routières comprenant des bretelles d’autoroutes, un boulevard périphérique, une voie de chemin de fer et le pont Poincaré. C’est en ce lieu et avec la bénédiction du maire de Villeurbanne qu’André Soulier souhaite installer sa salle rock. Maire par intérim depuis le 13 mai 1987, date de l’hospitalisation de Francisque Collomb qui ne reviendra aux affaires qu’en septembre, le Premier adjoint se découvre une soudaine fibre artistique : de la Maison de la danse à l’Opéra version Jean Nouvel, en passant par la venue de David Bowie au Stade de Gerland, l’élu abat les dossiers, tant et si bien qu’en l’espace de quelques mois il est devenu incontournable sur les questions relevant des Affaires culturelles. À première vue, son idée de réhabilitation de l’usine des eaux du Grand-Camp n’est pas si mauvaise. En tous les cas, le bâtiment semble bien disposer de tous les atouts pour ce type d’opération.

Le 9 juin 1988, André Soulier et André Mure procèdent ainsi, en toute discrétion, à la pose de la première pierre de cette nouvelle « salle d’expressions musicales ». Le rock qui a longtemps bourlingué aux quatre vents de la Courly peut enfin jeter l’ancre à Lyon, même si certains en doutent encore : « Dix ans de coups tordus, de promesses qui se perdent comme un étranger dans nos traboules, d’espoirs déçus, d’attente. À rendre sceptique le plus croyant des croyants. Et même quand arrivent enfin les bonnes nouvelles, on ne peut s’empêcher de douter encore, de s’étonner. Toujours ce parfum d’étrange, ce halo de brumes si lyonnaises. » (Lyon Matin, 10 juin 1988). De l’avant-projet au projet définitif, la configuration de la salle aura été peu modifiée, si ce n’est au niveau de la capacité, plus que doublée pour faire face à la concurrence venue des terres vénissianes, et du coût global qui a pris un léger embonpoint, passant de 7,5 à 9,5 millions.

Livré en décembre, le lieu est désormais baptisé « Le Transbordeur » en référence à l’impressionnant pont roulant conservé sur place. Victor Bosch assisté de Michel Masson, transfuge de l’organisateur-tourneur lyonnais Rainbow Concerts, en assurent la gestion sous le statut juridique d’une SCOP avec une régie « presque directe », autrement dit avec une comptabilité contrôlée par la municipalité. Après une présentation à la presse le 5 janvier 1989, Le Transbordeur ouvre donc officiellement le ban de ses agapes musicales le 20 janvier avec le symphonique William Sheller et son quatuor à cordes. Dès le lendemain, la nouvelle salle commence sa première saison publique sur un concert à guichets fermés du groupe anglais New Order et sur un coup d’éclat compte tenu de l’extrême rareté des prestations live des ex-membres de Joy Division…



Kweeped from kweepmail.com by charles 222 days ago
More Kweeps From kweepmail.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with a user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

petitbulletin

L'insoutenable légèreté de Air - Actu musique lyon - Air | Transbordeur | Dim 13 juin

Kweeped from www.petit-bulletin.fr by petitbulletin 3364 days ago

http://www.petit-bulletin.fr/index2.php?page=thematiques/articles.php&thema=musique&idarticle=38335-L%E2%80%99insoutenable+legerete+de+Air&type=1&idvillepb=lyon 

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading