Jacques Attali : "Dans certains pays, le temps pris aux repas y est accordé à la production"


attali, alimentation, économie
Jacques Attali : "Dans certains pays, le temps pris aux repas y est accordé à la production"

Dans son dernier livre, "Histoires de l'alimentation", Jacques Attali explore l'une des durables passions françaises, la gastronomie.

***
L'Express : Après 1945, à la faveur du Plan Marshall, le monde s'est mis à "manger américain". Sortons-nous de cette séquence, d'après vous ?

Jacques Attali : Je ne dirais pas les choses ainsi...Nous sommes plutôt à la fin de l'Empire romain !

Sérieusement ? Que voulez-vous dire ?

Que le déclin de l'Empire romain, lent et irréversible, n'a pas empêché alors la plupart des contemporains de cette première "hyperpuissance" de continuer à adopter en masse les modes de vie, les modes vestimentaires et les moeurs de Rome. Et, pendant ce temps, malgré l'érosion de la puissance romaine, l'usage du latin au-delà des frontières de l'empire progressait. Aujourd'hui, certes, les États-Unis ont bien entamé un lent déclin. Mais attention : l'américanisation du monde bat des records aux quatre coins de la planète. D'Alger à Djakarta, de Pékin à Cuba, les jeunesses du monde entier consomment, s'habillent et se nourrissent occidental, c'est-à-dire "américain". L'occidentalisation culinaire procède de la quasi-généralisation du modèle cornflakes-ketchup ; depuis un siècle, il répond au souci croissant de resserrer le temps des repas, car le mode de vie américain a identifié très tôt dans les pauses gastronomiques un ennemi du profit capitaliste...


Pourquoi les pays assez indifférents à ce qu'ils mangent connaissent-ils la plus grande croissance économique avec , pour contrepartie, l'évidement et la perte de leur identité culturelle ?

Pour la raison que je viens de dire : le temps pris aux repas y est accordé à la production - d'où une augmentation de la productivité moyenne. Mais sur le plan de la cohésion, ces sociétés performantes sont aussi les plus atomisées. A l'inverse, la France et l'Italie, où le rituel des repas désobéit à la rentabilité généralisée, sont des nations qui gardent leur spécificité "civilisationnelle". Cela ne signifie pas qu'elles ignorent les crises, mais qu'elles savent encore ce qu'elles sont - et ne sont pas. La France n'est pas par hasard le pays où il est passé le plus de temps à table, et souvent à domicile, et elle peut se prévaloir d'une gastronomie inscrite au patrimoine mondial. Et l'Italie a inventé, elle, avec beaucoup d'intelligence, le slow food - à l'inverse de nos amis américains qui ont totalement "déritualisé" leurs agapes.

Il existe encore en France, malgré les fast-foods et les pauses sandwichs au bureau, une politique de la table : beaucoup de "deals", de projets, d'idées naissent autour d'un bon mets. Par ailleurs, les Français, comme les Italiens, attachent encore beaucoup d'importance au fait de consommer une nourriture produite dans un environnement local. Ralentir - et bien manger : ce sont les aspects très enviables du soft power de la France et de l'Italie. Heureusement, il y a d'autres (succulentes) cuisines qui tiennent encore bon face au laminoir de la mondialisation comme la gastronomie grecque ou, hors d'Europe, la cuisine du Gujarat et la cuisine indonésienne. En fait, en Europe, on mange beaucoup plus chinois ou japonais qu'on ne mange américain...

Les repas sont le b.a.ba de la socialité. Mais pourquoi alors annoncez-vous une vaste révolte alimentaire ?...

Les repas portent le désir d'être-ensemble, de converser, d'échapper à la solitude, qui est devenu une aspiration puissante dans nos sociétés fragmentées. La révolte alimentaire que je vois poindre sera, avant tout, une insurrection contre la solitude. Un des palliatifs les plus courants à la solitude est souvent, hélas, la consommation effrénée de junk food, saturée de glucose et de gras, qui représente une conduite suicidaire. Contre ces tendances destructrices émerge l'aspiration à se nourrir autrement, et en prenant le temps...



Kweeped from kweepmail.com by charles 131 days ago
More Kweeps From kweepmail.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with a user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

charles

Conversation avec Jacques Attali

Kweeped from blogs.lexpress.fr by charles 616 days ago

Après tout, aux Etats-Unis, en France, et dans bien des pays développés, une part significative de la population possèdent assez de biens pour pouvoir se passer de tout achat non vital pendant un an.

gbos

7 mai, gueule de bois, par Jacques Attali | Slate

Kweeped from www.slate.fr by gbos 2722 days ago

...

blindman

Les Juifs, Le Monde et l'Argent

Kweeped from images-eu.ssl-images-amazon.com by blindman 209 days ago


"Une histoire économique du peuple juif
Impossible de rendre compte décemment du remarquable ouvrage de Jacques Attali consacré au rapport séculaire des Juifs avec l'argent. Ce qui suit n'est pas une critique mais une note de lecture qui incitera le le [...]

charles

La vie est belle, mais pour qui ?

Kweeped from blogs.lexpress.fr by charles 707 days ago

L’engouement pour les nouvelles technologies participe de cette futilité : on ne parle en effet que de celles qui fascinent ou amusent, et pas de celles qui déterminent réellement la vie des gens : on discute ainsi beaucoup du soit(disant cartel des GA [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading