Jean Jouzel : « L’effondrement n’est pas imminent. Je nous vois griller à petit feu »


collapsologie, transition ecologique
Jean Jouzel : « L’effondrement n’est pas imminent. Je nous vois griller à petit feu »

Climatologue mondialement reconnu, Jean Jouzel est, à 72 ans, un acteur majeur du débat sur le changement climatique. Couvert de prix scientifiques, médaille d’or du CNRS, élu aux Académies des sciences française, européenne et américaine, membre du Conseil économique, social et environnemental, il peut même s’enorgueillir d’avoir reçu une partie du prix Nobel de la paix attribué en 2007 au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), puisqu’il fut vice-président de son groupe scientifique de 2002 à 2015.

Je ne serais pas arrivé là si…
Si Etienne Roth, un scientifique hors du commun, ne m’avait pas proposé un sujet de thèse complètement inattendu. Un concours de circonstances. J’avais fait maths sup, maths spé, puis l’école de chimie de Lyon. Je savais que je voulais faire de la recherche, mais pas du tout dans quoi. Et Roth est arrivé.

Il était responsable du service des isotopes stables au Commissariat à l’énergie atomique (CEA), à Saclay (Essonne). Sa tâche consistait à suivre l’enrichissement de l’eau lourde utilisée dans les réacteurs nucléaires, mais il avait compris qu’il pouvait faire bien d’autres choses avec les noyaux des atomes. Or il se trouve que pendant la guerre, quand l’Ecole polytechnique s’était repliée sur Lyon, il avait été protégé, lui l’étudiant juif, par un enseignant devenu directeur de l’école de chimie de Lyon. Alors chaque année, comme marque de reconnaissance, il venait proposer un sujet de thèse aux jeunes de Chimie Lyon.

Je voulais me rapprocher de ma Bretagne natale. La région parisienne, c’était plus près. Le sujet portait sur les isotopes du soufre : j’ai dit oui. Mais quand je suis arrivé à la rentrée, il avait complètement oublié et il m’a dit que j’allais travailler sur la formation des grêlons.

Il vous a convaincu ?
Il était tellement passionné qu’il aurait pu me faire faire n’importe quoi. En plus, il avait rapporté du Canada une collection de gros grêlons, de 6 à 8 centimètres, qu’il conservait depuis cinq ans au froid. Des pièces impressionnantes. Je suis donc entré dans l’univers de la glace. Claude Lorius travaillait chez nous. A l’époque, il avait un petit labo sur une péniche, mais il venait analyser ses échantillons au CEA. C’est la deuxième rencontre qui a déterminé le reste de ma vie.

Tout ça par le hasard d’un sujet de thèse ?
C’est toujours déterminant pour un chercheur, le sujet de thèse, et c’est souvent choisi un peu par hasard. Beaucoup d’étudiants viennent chez nous parce qu’ils rêvent d’aller au Groenland ou en Antarctique, pas forcément plus.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/06/02/jean-jouzel-l-effondrement-n-est-pas-imminent-je-nous-vois-griller-a-petit-feu_5470360_3244.html 



Kweeped from img.lemde.fr by charles 107 days ago
More Kweeps From img.lemde.fr

Add a comment.

If you want to share this kweep with a user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

blindman

Le problème de la collapsologie (suite) : NEXT, Cyril Dion et l’idéologie du progrès

Kweeped from partage-le.com by blindman 467 days ago


"Pour paraphraser Schur, il est criminel que des citoyens blancs privilégiés étalent en public le fait que leur principal souci dans la vie est de réussir à « aller de l’avant » en ayant en tête cette douloureuse « idée d’effondrement » (« c [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading