Pierre Péan : une obsession rwandaise


pierre péan, rwanda, genocide
Pierre Péan : une obsession rwandaise

Début 1998, le journaliste cosigne avec Jean-François Bizot, dans L’almanach d’Actuel, un long article esquissant les contours de sa théorie. Dépourvu de la moindre source identifiée et de tout document, l’article passe alors totalement inaperçu.

Deux ans plus tard, avec son vieux complice Christophe Nick, Péan repasse à l’offensive, cette fois dans l’éphémère mensuel de Karl Zéro, Le Vrai Papier Journal. Dans une enquête du même acabit, il accrédite la thèse d’un grand complot des chefs d’Etat anglophones de la région des Grands Lacs (Ouganda, Tanzanie…) pour abattre l’avion du président Habyarimana au soir du 6 avril 1994. Et de conclure, à propos des soupçons de complicité de génocide visant la France : « Mitterrand n’y était donc pour rien ».


Mais c’est en 2005 que Pierre Péan finira par jeter dans la marre un énorme pavé, avec son livre Noires fureurs, blancs menteurs (Fayard/Mille et une nuits). Un ouvrage dans lequel le journaliste affirme s’attaquer à la « version officielle » du génocide des Tutsi, fruit, selon lui, de multiples manipulations. S’appuyant abondamment sur l’enquête du juge antiterroriste français Jean-Louis Brugière, alors en charge d’une instruction controversée portant sur l’attentat contre l’avion du président Habyarimana, le journaliste-écrivain attribue ce crime – qui servit de signal déclencheur aux génocidaires – aux hommes du Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame.

La thèse prospérera pendant près de quinze ans, avant de s’effondrer sur elle-même en décembre 2018, les magistrats français ayant repris le dossier estimant, dans leur ordonnance de non-lieu, ne pas disposer d’éléments probants pour renvoyer devant la cour d’assises les neuf Rwandais mis en cause par leurs prédécesseurs.

À l’époque, Pierre Péan va même plus loin puisqu’il accuse Paul Kagame d’avoir organisé l’attentat dans le dessein de provoquer le génocide. « Dans la phase ultime de sa stratégie de conquête de pouvoir, Kagame a planifié l’attentat, donc planifié aussi sa conséquence directe : le génocide des Tutsis perpétré en représailles », écrit-il.

Péan relaie également la thèse du double « génocide », chère aux négationnistes de tous bords : « Peut-on encore parler du génocide des Tutsis alors que, depuis 1990, le nombre de Hutus assassinés par les policiers et militaires obéissant aux ordres de Kagame est bien supérieur à celui des Tutsis tués par les miliciens et les militaires gouvernementaux ? », s’interroge-t -il.



Kweeped from www.jeuneafrique.com by charles 27 days ago
More Kweeps From www.jeuneafrique.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with a user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

charles

Lydie Bastien, la diabolique de Caluire

Kweeped from kweepmail.com by charles 27 days ago


Qui a trahi Jean Moulin et le Général Delestraint ?


L'énigme est enfin levée dans ce livre grâce à Pierre Péan: René Hardy est bien au cœur de la trahison, mais pas comme acteur principal.

Elle s'appelait Lydie Bastien. Devenue en 1943 la [...]

charles

Pierre Pean : Derniers Entretiens

Kweeped from www.zinzine.domainepublic.net by charles 27 days ago


Pierre Péan livre ici quelques clefs de son parcours : ses démêlés avec Edwy Plenel, ses premiers pas au Gabon face à la "Françafrique", et surtout une de ses premières enquêtes aussi peu connue qu'extraordinaire sur la manière dont la France a sec [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading