Eric Zemmour : un discours de haine qui vient de loin : Tribune de Gérard Noiriel


zemmour, voile, haine, islam, drumont, histoire, gérard noiriel
Eric Zemmour : un discours de haine qui vient de loin : Tribune de Gérard Noiriel

Dans Le Venin dans la plume, Gérard Noiriel propose une genèse des discours de haine qui font florès dans le champ médiatique et politique de notre belle démocratie libérale.

Dans "La Notion de politique: Théorie du partisan" (1972), Carl Schmitt montre comment les démocraties libérales ont de tout temps construit l’existence d’un dedans et d'un dehors, d'un étranger, la construction d’une homogénéité et « l’exclusion de l’hétérogène ». L'autre. L'ennemi.

En France, à la fin du XIXe siècle, la loi de 1881 sur la liberté de la presse, conjuguée aux lois scolaires de Jules Ferry, ont multiplié par dix, en quelques décennies, le nombre des lecteurs des grands quotidiens. C'est l'avènement de la presse de masse.

Le mot « actualité » s’impose alors dans le langage courant pour désigner les événements que les patrons de cette presse de masse placent tout en haut de l’agenda public pour intéresser les classes populaires aux péripéties de la vie politique. Hier comme aujourd'hui, il falliat faire le "buzz" pour vendre.

Les journalistes de fin du XIXe siècle inventent le concept de « mise en récit » adoptant le style des journaux américains, en accordant une place de plus en plus grande aux faits divers.

Jürgen Habermas dans son fameux livre sur l’espace public, ajoute ceci: « la grande presse repose sur le détournement à des fins commerciales de la participation à la sphère publique de larges couches de la population » ; la mise en récit de l’actualité ayant pour but de « procurer aux masses essentiellement un simple accès à la sphère publique ». Ce qui aboutit à la marginalisation de la communication proprement politique et à l’effacement de la frontière entre fait et fiction.

C’est aussi à ce moment-là que s’impose la démocratie parlementaire. Désormais, la conquête du pouvoir d’État exige de mobiliser la masse des électeurs par des moyens pacifiques ; ce qui explique le rôle de plus en plus important joué par la rhétorique, car les professionnels de la politique doivent convaincre les citoyens de voter pour eux.

C’est dans ce contexte de forte pression mercantile et politique qu’Édouard Drumont, un journaliste besogneux qui avait débuté sa carrière sous le Second Empire, publie la France Juive.

La violence de son style, la multitude de ses attaques ad hominem et ses obsessions antisémites incitent les premiers lecteurs de l’ouvrage à le présenter comme l’œuvre d’un fou, d’un illuminé.
Mais Drumont bénéficie du soutien des réseaux ultra-catholiques et notamment d’Alphonse Daudet, qui fait pression sur Francis Magnard, le rédacteur en chef du Figaro, pour obtenir un compte rendu en première page, favorisant ainsi une « mise en acceptabilité » du discours de Drumont parce qu’il marque une étape fondamentale dans la politisation des préjugés antijuifs, lesquels étaient déjà largement partagés par les catholiques, mais restaient surtout confinés dans la sphère religieuse.

L’autre facteur essentiel qui va permettre une large diffusion de l’ouvrage, c’est le talent de Drumont pour faire scandale. Son livre est un tissu d’insultes abjectes à l’égard de personnalités du tout Paris, dénoncées comme juives ; insultes qui obligent ceux qui les subissent à défendre leur honneur dans des duels à l’épée ou au pistolet. Tous les journalistes de la presse française, même ceux qui alimentent les petites feuilles provinciales, se sentent alors obligés de rendre compte de ces duels. Du coup, en quelques mois, Édouard Drumont devient un personnage que tout le monde connait.

Pour les éditeurs et les patrons de presse, Drumont est devenu un « bon client », grâce auquel on peut vendre davantage de livres et de journaux.

La France Juive propose des réponses aux deux questions qui dominent l’actualité de ce temps.
En affirmant « les juifs voilà l’ennemi », Drumont offre aux catholiques un slogan efficace contre les émules de Gambetta qui avait affirmé en 1877 : « le cléricalisme voilà l’ennemi ».

Dans le même temps, Drumont répond à ceux qui cherchent les causes et les responsables de la terrible crise économique qui frappe la France à cette époque (qu’on appelle « la Grande Dépression »).

Drumont doit son prestige au fait qu’il propose une lecture du monde qui ne gêne pas le capital.
Son antisémitisme est une alternative au discours marxiste sur la lutte des classes qui commence alors à se répandre.

Dans la France Juive, Rothschild est le nom donné au personnage malfaisant qui ruine la France, mais il est présenté non pas comme le représentant de la classe dominante, mais comme le représentant de la race menaçante. Drumont élabore ainsi une réponse identitaire à une question économique et sociale.
Très vite, ses émules s’en emparent pour alimenter le fonds de commerce de l’extrême droite (sous l’impulsion de Charles Maurras et de l’Action Française).



Kweeped from aoc.media by charles 24 days ago
More Kweeps From aoc.media

Add a comment.

If you want to share this kweep with a user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

xavier

La fin des polémistes d'extrême-droite

Kweeped from claude-soula.blogs.nouvelobs.com by xavier 2680 days ago

Pendant deux ans, ils ont tenu le haut du pavé, aidés par les thèmes chers à la Sarkozie : les Zemmour, Ménard, Lévy, Finkielkraut and Co ont mobilisé les ondes et les éditeurs en gémissant et se plaignant partout sur leur difficulté à se faire e [...]

charles

Pétain racontée par Henri Guillemin

Kweeped from www.rts.ch by charles 1864 days ago

Eté 1940. Le maréchal Pétain engage la France dans une politique de collaboration avec l'Allemagne nazie. Qui était Philippe Pétain? Henri Guillemin, qui fut un témoin de cette époque, raconte en douze épisodes son histoire.

gossip

Eric Zemmour et sa famille menacés de mort

Kweeped from www.kweeper.com by gossip 2718 days ago

Ce n’est pas la première fois qu’Eric Zemmour est la cible d’insultes, mais cette fois-ci les événements prendraient une tournure plus grave. Chroniqueur sur RTL et i>Télé, le journaliste a reçu une lettre de menaces de mort qui est arrivée au [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading