16 et 17 juillet 1942 : La rafle du Vél d'Hiv


rafle du vél d'hiv, vél d'hiv, police, petain
16 et 17 juillet 1942 : La rafle du Vél d'Hiv

À l'aube du 16 juillet 1942 débute à Paris la rafle « du Vél d'Hiv» et débouchera sur l'arrestation de plus de 13 152 Juifs parisiens de 2 à 60 ans (dont 4 000 enfants de moins de 16 ans) par la police française les 16 et 17 juillet 1942.

La plupart sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.
Seuls quelques dizaines en reviendront...

À l'origine de cette rafle, il y a le projet hitlérien d'arrêter un grand nombre de Juifs dans toute l'Europe occupée. En France, l'administration Petainiste mobilise 7 000 policiers et gendarmes à Paris sous les ordres du délégué en zone nord, René Bousquet, jeune et zélé fonctionnaire du gouvernement de Vichy.

Embarqués dans des autobus, les personnes seules et les couples sans enfants sont convoyés vers le camp de Drancy, au nord de Paris.

Les familles avec enfants sont quant à elles dirigées vers le Vélodrome d'Hiver (le « Vél d'Hiv») , rue Nélaton, dans le XVe arrondissement de Paris (Bâtiment aujourd'hui disparu).


Plus de 8 000 personnes dont une majorité d'enfants vont s'y entasser pendant plusieurs jours, jusqu'au 22 juillet, dans des conditions sordides : pas de couchage, ni nourriture, ni eau potable, avec un éclairage violent jour et nuit, au milieu des cris et des appels de haut-parleurs.
Seuls trois médecins et une dizaine d'infirmières de la Croix-Rouge sont autorisés à intervenir.

Les familles du Vél d'Hiv sont transférées de la gare d'Austerlitz vers les camps d'internement de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, dans le Loiret.

Au mois d'août suivant, les mères sont enlevées à leurs enfants par les gendarmes et convoyées vers les camps d'extermination de Pologne.

Les enfants seront à leur tour envoyés deux semaines plus tard à Auschwitz-Birkenau qui, depuis le début juillet, s’est transformé de camp de travail forcé en camp d'extermination à l'échelle industrielle.

Cette rafle n'était que le prélude à la déportation de plusieurs autres dizaines de milliers de Juifs.
Après la rafle du Vel’d’Hiv, d’autres interventions ont lieu partout en France, Pierre Laval offrant son aide pour les opérations menées en zone libre.

La rafle du Vel' d'hiv' devient ainsi la mise en acte de la solution finale. Enfin, ces arrestations annoncées donnent l'occasion au gouvernement de Pierre Laval de mettre en pratique la souveraineté française accordée à Vichy sur l'ensemble du territoire par la convention d'armistice du 22 juin 1940.

D'autres rafles se sont succédées depuis 1941, vivement souhaitées par Dannecker (représentant des SS à Paris) et les autres dirigeants nazis.
Des camps de transit ont été organisés partout en France (Drancy, Pithiviers, Beaune-la-Rolande par exemple) dont partent, à partir du printemps 1942, les trains de la mort vers les camps de concentration.
Les autorités françaises livrent aux nazis les élites juives (Léon Blum, Georges Mandel) par centaines dès 1941, les lois anti-juives de Vichy ayant précédé les vœux nazis.



Kweeped from www.herodote.net by charles 23 days ago
More Kweeps From www.herodote.net
antivol

17/07/20 22:51

« Rassurez-vous Madame Bourdelle, c'est français, c'est la police française. »

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading