Histoire : l'imprimerie est-elle à l'origine des conflits religieux au XVIe siècle ?


imprimerie, lyon, histoire, gutemberg, guillaume fichet, barthélemy buyer
Histoire : l'imprimerie est-elle à l'origine des conflits religieux au XVIe siècle ?

En étudiant les origines des conflits religieux au XVIe siècle, on peut s'interroger sur les raisons du succès rapide de la réforme protestante. Il semblerait que l'imprimerie ait joué un rôle bien spécifique car les protestants vont très rapidement l'utiliser comme outil de propagande pour diffuser leurs idées.

Le 31 octobre 1517, Martin Luther (1483-1546) placarde ses 95 thèses sur la porte de l'église de Wittenberg, dénonçant le trafic des indulgences dans l'Église catholique. Les thèses du théologien allemand sont imprimées dès 1518, par le biais de ses étudiants et diffusées dans toute l'Allemagne puis en Europe. Dans un ouvrage (Appel à la noblesse chrétienne de la nation allemande) publié en avril 1520, Luther attaque frontalement la papauté en employant des termes brutaux qui font glisser le débat théologique vers l'affrontement écrit. De 1521 jusqu'en 1546, les écrits polémiques de Luther vont susciter des répliques virulentes de la part de ses adversaires, catholiques ou protestants.

Luther considère l'invention de l'imprimerie comme « le plus grand don de Dieu ». L'ampleur de la diffusion du protestantisme doit être reliée au ralliement précoce du milieu des imprimeurs. Les thèses de Martin Luther n'auraient pas pu avoir un tel retentissement sans les presses des villes de Nuremberg et de Bâle. Entre 1518 et 1525, on estime à trois millions le nombre de pamphlets qui circulent en Allemagne, alors peuplée de treize millions d'habitants.

La vague des publications reprend en 1548, lorsque Charles Quint veut imposer « l'Interim d'Augsbourg », texte destiné à rétablir le culte catholique dans tous les territoires protestants, en attendant les décisions du concile de Trente qui s'est ouvert en 1545. On assiste alors à l'impression de pamphlets et de poèmes hostiles à l'empereur en Allemagne du nord. Cette littérature ne reste pas enfermée dans l'espace germanique puisqu'une partie de la production est traduite en latin pour viser une clientèle internationale. Un atelier de Bâle se spécialise dans l'édition vers l'Italie, la France et l'Espagne.

La Réforme trouve des points d'appui hors d'Allemagne, chez des libraires qui se sont convertis aux idées évangéliques : ils décident de traduire les écrits de Luther en langue vernaculaire puis de les camoufler dans des livrets d'apparence anodine. Au fur et à mesure que la Réforme progresse, elle se dote de nouveaux lieux de propagande imprimée. Pour les pays francophones, la ville de Neuchâtel se charge de la diffusion vers la France : c'est là que paraît en 1535, la première bible réformée en langue française, appelée « bible vaudoise » car elle a été financée par des paysans de Provence et du Dauphiné, issus du mouvement vaudois rattaché au protestantisme en 1532. Elle va demeurer le livre de base de la Réforme en France jusqu'au XVIIe siècle.

Après 1541, Genève devient le centre de diffusion de la propagande réformée et attire de grands libraires français comme Jean Crespin puis Robert Estienne, ancien imprimeur royal de François Ier. Un nombre important d'imprimeurs français se mettent au service de la Réforme : des ateliers entiers, maîtres et ouvriers, se convertissent. Beaucoup devront quitter le royaume et se réfugier le plus souvent à Genève.

Les catholiques utilisent également le livre à des fins de propagande religieuse : les jésuites ont compris tout l'intérêt de l'édition d'ouvrages, en faisant de l'université d'Ingolstadt, le centre de la reconquête catholique pour l'Allemagne du sud. La ville d'Anvers illustre bien le retournement des forces qui s'opère à la fin du XVIe siècle : après avoir travaillé pour le protestantisme jusqu'aux années 1540, les imprimeries de la cité flamande constituent désormais le fer de lance de la Contre-Réforme, en diffusant des textes dans toute l'Europe du nord et en Angleterre.



Kweeped from kweeper.com by charles 32 days ago
More Kweeps From kweeper.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

charles

La vie de Sebastien Gryphe à Lyon

Kweeped from kweepmail.com by charles 41 days ago


Sébastien Gryphe, ou Sebastianus Gryphius en latin (1492 à Reutlingen - 1556 à Lyon, France), de son vrai nom Sebastian Greyff, était un imprimeur-libraire Français du xvie siècle.

Né en 1492 et fils de Michel Greyff (ou Gryff, ou Gryffe, ou encore [...]

charles

Dialogue entre Michel Serres et Bernard Stiegler

Kweeped from www.youtube.com by charles 43 days ago


Quelques uns des thèmes evoqués :
Le metier Jacquart, l'écriture, facebook, le numérique vu comme analogique + informatique, l'inadaptation de l'université, Platon, Luther, Leibnitz, mémoire, autonomie, Simondon, logiques industrielles, Wkipedia en c [...]

charles

Histoire de l'imprimerie à Lyon

Kweeped from kweepmail.com by charles 42 days ago


La technique de l’imprimerie en caractères mobiles apparaît en France, via les pays allemands, dans le dernier tiers du xve siècle.

C'est Barthélemy Buyer (né à Lyon vers 1433 et mort vers 14851) qui introduisit l'imprimerie à Lyon et fut le pre [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading