Essai : "Surveiller et punir" de Michel Foucault - paru en 1975


michel foucault, philosophie, justice, surveiller et punir
Essai : "Surveiller et punir" de Michel Foucault - paru en 1975

Michel Foucault : "Quoi d'étonnant si la prison ressemble aux usines, aux écoles, aux casernes, aux hôpitaux, qui tous ressemblent aux prisons ? "

Peut-on sortir des deux extrêmes que constituent la répression et la surveillance pour remettre la dignité humaine et la réhabilitation au centre des débats sur la justice ?

L'essai étudie l'apparition historique de la prison sous sa forme moderne en commençant par constater la disparition de l'application en public de la peine de mort au profit d'exécutions cachées par le secret des murs. Selon l'auteur, cette évolution est révélatrice d'une révolution de la façon selon laquelle le pouvoir se manifeste au peuple.

L'essai s'ouvre ainsi en introduction sur le supplice de Damiens. Le caractère public du supplice, la symbolique des condamnations (poing coupé des parricides, langue percée des blasphémateurs) permettait la démonstration du pouvoir royal face au crime, qui en plus de sa victime immédiate, attaquait le souverain dans son pouvoir de faire les lois (crimen majestatis).

Mais, alors que le monarque absolu ne concevait son autorité que visible et terriblement effrayante pour les tiers assistant à son affirmation, le pouvoir moderne préfère entretenir un mystère inquiétant quant aux peines qu'il exécute. Il découvre que le peuple n'a pas besoin d'assister au châtiment des siens pour s'en tenir à ce qu'il souhaite qu'il s'en tienne. De plus ce peuple peut s'avérer dangereux quand il soutient le châtié et dans l'aspect carnaval des exécutions publiques.

Ceux qui ne respectent pas la loi ne se voient plus condamnés à une sanction physique qui restera sur leur corps comme un témoignage offert au vu et au su de tous. Ils ne sont plus non plus condamnés à une réparation directe de leurs fautes en plein jour. Les peines ont dorénavant une visée correctrice. La publicité de la peine ne vise plus tant à montrer la souffrance mais plutôt à réaffirmer l'actualité de la Loi. Il y eut un modèle réformateur et un modèle carcéral (dont l'objectif était plus de dresser les corps que de réinsérer l'individu). C'est le second qui l'a emporté.

« Le châtiment est passé d’un art des sensations insupportables à une économie des droits suspendus »



Kweeped from kweeper.com by charles 26 days ago
More Kweeps From kweeper.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

charles

Du biopouvoir à la biopolitique

Kweeped from kweepmail.com by charles 24 days ago


Le pouvoir sur la vie (biopolitique) est organisé selon deux pôles : les disciplines du corps et les régulations de la population

Michel Foucault, à travers le concept de #biopolitique, nous avait annoncé depuis les années soixante-dix ce qui, aujo [...]

charles

Hobbes - Le Léviathan (1651)

Kweeped from kweepmail.com by charles 14 days ago


Le Léviathan (de l'hébreu : לִוְיָתָן, liviyatan) est un monstre marin à plusieurs têtes dans la Bible.
Il apparaît dans les Psaumes (74:142 et 104:263), le livre d'Isaïe (27:14), le livre de Job (3:85, 40:25 et 41:16).
Le Talmud y fait au [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading