Comment le concept du réseau Cyclades a inspiré de nombreux réseaux, à commencer par Internet ?


louis pouzin, datagramme, internet, minitel, telecommunications, reseau cyclades
Comment le concept du réseau Cyclades a inspiré de nombreux réseaux, à commencer par Internet ?

En novembre 1973, Louis Pouzin fait une démonstration devant les ministres de l’industrie et des PTT, avec trois ordinateurs connecté en réseau : un à l’IRIA, un autre à CII et le dernier à Grenoble à l’IMAG.
Il baptise ce mini réseau « Cyclades », à l’image du célèbre archipel grec.

En 1975, avec ses collègues, ils connectent 25 ordinateurs des principaux centres de recherche français partenaires mais aussi de Rome et Londres.

Dès 1976, le réseau « Cyclades » fonctionne de manière routinière entre les équipes de recherche du projet.

À l’époque, les premiers réseaux de transmission par paquets étaient basés sur une technique de « circuit virtuel », héritée du monde des télécommunications : l’information y est découpée en morceaux de quelques centaines de caractères (paquets), un chemin est établi entre l’émetteur et le récepteur et les paquets sont acheminés en séquences, les uns à la suite des autres puis remis au destinataire.

Or Louis Pouzin avais lu des articles sur un nouveau concept, issu cette fois du monde des informaticiens, qui reposait sur la « commutation de paquets » : les paquets étaient transmis d’un commutateur du réseau au suivant mais de manière individuelle, indépendamment les uns des autres, sans contrainte de séquencement, puis remis en ordre par le destinataire.
Le principe de base, baptisé plus tard « #datagramme », avait été imaginé par un anglais, Donald Davies, ainsi qu’un américain, Paul Baran, et publié pour la première fois en 1964.
Néanmoins, en 1971, aucun réseau n’avait encore été conçu de la sorte.

L’idée semble bonne et contrôlable à Louis Pouzin, elle est plus simple à mettre en œuvre et administrer qu’#Arpanet, et plus fiable (une ligne défectueuse était automatiquement remplacée par une autre).

Avec le réseau Cyclades, Pouzin et ses équipes ont été les premiers à appliquer intégralement le principe des datagrammes.

En 1973, Pouzin va présenter le concept de Cyclades dans une conférence internationale. C’est à ce moment là que les Américains Vinton Cerf et Robert Kahn s’en sont emparés pour concevoir le futur protocole de communication d’Internet, le désormais fameux TCP/IP.

Ils l’ont défini en s’inspirant des solutions de Pouzin et ses équipes, en particulier de la notion d’indépendance de paquets. Preuve que ce concept bouleversait considérablement les esprits, les américains mettront tout de même dix ans à l’imposer dans Arpanet, dont découlera ensuite naturellement le réseau internet, avec le succès que l’on connaît.


POURQUOI LA SUPERBE RÉUSSITE TECHNIQUE ET CONCEPTUELLE DE CYCLADES S’EST-ELLE ÉTEINTE SANS BRUIT ?


Réponse de Louis Pouzin :

"En 1976, à une échelle internationale, les PTT européennes ont fait adopter une autre norme, X.25, basée sur la notion de circuit virtuel (ce sera celle du réseau Transpac sur lequel sera conçu le Minitel). Du coup, toutes les études impliquant le datagramme ont été bloquées en France, considéré comme un concept sulfureux, une hérésie. Sans compter que, dès son élection en 1974, Valéry Giscard d’Estaing a supprimé la Délégation à l’informatique qui soutenait Cyclades, et l’a remplacée par la Direction des industries électroniques et de l’informatique (Dieli) qui défendait clairement les machines d’Honeywell Bull contre celles de CII qui équipaient Cyclades. Petit à petit, on nous a coupé les fonds. L’infrastructure du réseau s’est dissoute fin 1978, dans l’indifférence générale. Néanmoins, le projet a permis d’assurer une compétence française en matière de réseau pour de nombreuses années : nous avions formé environ 200 ingénieurs, issus de sociétés de service qui ont travaillé sous contrat dans Cyclades. Ils ont pris la relève ensuite et ont réalisé les réseaux de la SNCF, de la Marine, du Crédit Agricole… et Transpac. Entre temps, les américains avaient clairement misé sur la commutation de paquets, ce qui leur a permis de dominer le secteur. Avec le recul, il est évidemment regrettable d’avoir ainsi réduit une telle avance technique à néant."


Source : https://interstices.info/louis-pouzin-la-tete-dans-les-reseaux/ 



Kweeped from interstices.info by charles 41 days ago
More Kweeps From interstices.info

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

charles

Eric Reinhardt - Comédies Françaises

Kweeped from kweepmail.com by charles 41 days ago


Pourquoi la France a-t-elle inventé le minitel plutôt qu'internet ?
L’histoire de cet échec hexagonal est racontée dans le dernier roman d'Eric Reinhardt, intitulé Comédies Françaises.

Dans ce roman, Eric Reinhardt révèle notamment l' histoir [...]

charles

Louis Pouzin - L’un des pères de l’internet

Kweeped from kweepmail.com by charles 157 days ago


Louis Pouzin est un ingénieur français qui dans les années 70 s’est illustré pour avoir travaillé sur le Plan Calcul et le projet Cyclades, un réseau global de télécommunication utilisant la commutation de paquets appelée aussi Datagramme.

Lou [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading