Mémoire sur les opérations financières des Templiers


histoire, banque, finance, templiers, phillipe le bel
Mémoire sur les opérations financières des Templiers

Comment les Templiers, précurseurs ou émules des sociétés italiennes, ont eu pendant longtemps entre leurs mains une grande partie des capitaux de l'Europe et comment la confiance inspirée par le prestige dont ils étaient universellement entourés en a fait les banquiers ou les trésoriers de l'église romaine, de beaucoup de particuliers, de princes et de rois.

Au moyen âge, même aux époques les plus troublées, l'inviolabilité des édifices religieux fut constamment reconnue en
principe. Ils étaient l'objet d'un respect si profond et si universel que , surtout en temps de guerre, les populations s'empressaient d'y porter les objets les plus précieux pour les mettre à l'abri du vol et du pillage.

Les grandes maisons des Templiers devaient d'autant mieux inspirer ce sentiment de confiance qu'on les savait construites par d'habiles ingénieurs et gardées par des chevaliers chez qui le 'caractère religieux s'alliait à une réputation militaire conquise sur les plus célèbres champs de bataille.

Aussi les dépôts y affluaient-ils de toutes parts. Les rois eux-mêmes croyaient que leur argent, leurs joyaux et leurs titres y étaient plus en sûreté que dans leurs surtout châteaux les mieux fortifiés.

Le trésor du roi de France fut placé pendant plus d'un siècle au Temple de Paris.
Cela suffirait pour établir la réputation d'honnêteté, d'habileté et de sécurité qui s'attachait à cette puissante maison.

En 1261 , le Temple de Paris prit en charge un dépôt d'une valeur exceptionnelle, qu'il garda plus de dix ans. Le roi d'Angleterre, menacé par les progrès de la révolte de ses barons, jugea prudent de faire sortir du royaume les joyaux de la couronne; il les envoya en France, à la reine Marguerite, qui, après en avoir vérifié l'inventaire, les fit enfermer sous son contre-sceau dans deux coffres, qu'elle mit au Temple de Paris et dont les clefs restèrent entre les mains des envoyés du roi d'Angleterre.

Trois ans plus tard, Henri III autorisa sa femme, la reine Aliénor, Pierre, comte de Savoie, et Jean Mansel, trésorier d'York, à disposer dans l'intérêt de la couronne des joyaux gardés au Temple.

Ces joyaux durent alors servir de gage aux marchands qui fournirent les fonds dont Henri III avait besoin pou soutenir sa cause et celle de son fils aîné; mais ils n'en restèrent pas moins au Temple, sous la garantie de la reine de France.
Ce fut seulement en 1272 que Henri III en. reprit possession et qu'il en donna une décharge qui contient un inventaire détaillé du trésor.



Kweeped from www.persee.fr by charles 26 days ago
More Kweeps From www.persee.fr

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

charles

Mourir à  Charonne, pourquoi ?

Kweeped from vimeo.com by charles 237 days ago


Le 8 février 1962, les syndicats et partis de gauche appelle à une manifestation de protestation contre les attentats de l’OAS. Au moment de la dispersion au métro Charonne, la police charge brutalement. On relèvera 9 morts et de nombreux blessés.

[...]

charles

Disco Demolition: Riot to Rebirth

Kweeped from www.youtube.com by charles 20 days ago


Au plus fort du mouvement anti-disco à la fin des années 1970, Steve Dahl, animateur de radio rock de Chicago a conçu l'un des événements promotionnels les plus tristement célèbres de l'histoire de la culture pop et, ce faisant, a involontairement pr [...]

charles

Addi Bâ, itinéraire d'un résistant méconnu

Kweeped from www.youtube.com by charles 157 days ago


Le parcours singulier de Mamadou Hady Bah dit « Addi Bâ » (1916-1943), tirailleur puis héros de la Résistance dans les Vosges.

A découvrir dans le livre « Addi Bâ, le résistant des Vosges », d'Etienne Guillermond, éditions Duboiris, Paris, 20 [...]

charles

My Deep Conception N°47 : djoudjou-kalaba

Kweeped from www.mixcloud.com by charles 424 days ago


Photo d'illustration: Masque Bamoun.

C'est depuis le sud de l’Egypte, que les Bamilékés seraient arrivés au Cameroun dans la plaine du Mbam en région tikar vers le milieu du 12ème siècle.

Les égyptiens anciens appelaient leur langue le Medu [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading