Frantz Fanon - Le Roman roman graphique de Frédéric CIRIEZ et Romain LAMY


frantz fanon, sartre, simone de beauvoir, decolonisation, algerie, bd
Frantz Fanon - Le Roman roman graphique de Frédéric CIRIEZ et Romain LAMY

« Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir. » cet extrait des "Damnés de la terre" parachève ce remarquable roman graphique qui raconte la rencontre entre Jean-Paul Sartre, Frantz Fanon, Simone de Beauvoir et Claude Lanzmann à Rome.

Fanon et Sartre, c’est la rencontre de deux géants, de deux mondes, de deux formes d’engagement.

Peu avant sa mort (en Décembre 1961), Frantz Fanon rencontre Sartre, sous l’œil méfiant de Simone de Beauvoir et passe trois jours à Rome (en Août 1961) sans presque dormir.
Trois jours qui aboutissent à la préface des "Damnés de la terre", le dernier livre de Fanon devenu dès sa publication une référence et un manifeste anticolonialiste.

Jusqu’au début des années 1970, Sartre a écrit une quinzaine de préfaces.
Il fut le préfacier de trois essais cruciaux pour le développement des études post-coloniales : "Orphée noir", une préface à la première anthologie de poètes noirs, éditée par le poète sénégalais Leopold Sedar Senghor, en 1948, une à l'essai du Martiniquais Frantz Fanon, "Les Damnés de la terre", publiée en 1956 ; et une troisième à l'essai du juif tunisien Albert Memmi, "Portrait du colonisé", éditée en 1957.

Mais la préface de Sartre aux "Damnés de la terre" est probablement la plus célèbre et sûrement la plus scandaleuse car elle fut considérée comme un débordement injustifiable. Après avoir fait l’objet d’une condamnation pure et simple pendant des décennies, ce texte de Sartre fait désormais l’objet de lectures plus attentives.
Cette préface sonna la fin d’une époque, celle du colonialisme européen. Elle est une longue méditation sur la relation dialectique qui lie le colon et l’indigène. C’est la parole du colonisé qui doit désormais guider l’Europe.

Cette rencontre entre Fanon et Sartre à Rome, à l’été 1961, permet de comprendre la « collaboration » qui se noue alors entre les deux hommes et de comprendre de quelles façons Sartre construit sa préface en prenant sur lui une certaine histoire de la littérature noire (Maran, Wright, Fanon) qui lui permet, à partir de cette rencontre à la mort, de (presque) confondre sa situation avec celle de Fanon.

Ces 3 jours sont dessinés et racontés avec une intensité toute particulière.
Le tempérament de Fanon va se heurter aux réticences de Sartre, bourgeois et célèbre, acculé par la force d'un Fanon pourtant diminué par la maladie mais toujours aussi combattif.

Fanon, gravement malade Il vient de terminer "Les damnés de la terre".
Il avait écrit à Maspero son ami et éditeur : « Demandez à Sartre de me préfacer. Dites-lui que chaque fois que je me mets à ma table, je pense à lui. Lui qui écrit des choses si importantes pour notre avenir. »

Six mois après cette rencontre, Fanon meurt de sa leucémie à Washington. Il a 36 ans, l’âge auquel est mort également l’ami et le frère de jeunesse de Jean-Paul Sartre, son initiateur politique, Paul Nizan.

«Ce n’est pas ce qui me rendra ma moelle», avait-il dit peu de temps avant, recevant les premières recensions des, «Damnés de la terre», qui venait de paraître.
Le jour même de sa mort, à Paris, la police française commençait à saisir les exemplaires du livre devenu depuis le symbole de la lutte anti-coloniale.



Kweeped from kweeper.com by charles 20 days ago
More Kweeps From kweeper.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading