Tueur de la préfecture de police de Paris : de nombreux indices de radicalisation


prefecture de police, terrorisme, paris, mickaël harpon, islam
Tueur de la préfecture de police de Paris : de nombreux indices de radicalisation

La justice enquête désormais sur une probable attaque djihadiste. Les agressions au couteau, commises ce jeudi à la préfecture de police de Paris (quatre morts et plusieurs blessés), sont désormais traitées comme un acte terroriste. Un séisme à l'échelle de l'institution policière car, cette fois, la mort est venue de l'intérieur.

L'assaillant, Mickaël Harpon, 45 ans, était agent administratif depuis 2003. Selon les premiers éléments de l'enquête et malgré plusieurs alertes sur une possible radicalisation après sa conversion à l'islam, un djihadiste en puissance était donc employé dans l'un des principaux services de renseignement français, en pointe dans la lutte contre l'islam radical.

Ce vendredi soir, après plus de vingt-quatre heures de flottements et de rumeurs, la section antiterroriste de la police judiciaire parisienne, mais aussi la Direction centrale de la police judiciaire ainsi que la DGSI, ont été officiellement saisis de l'enquête par le parquet national antiterroriste. Les premiers indices étaient pourtant connus très tôt par l'administration.

Le jour de la tuerie, l'une des victimes décline l'invitation à déjeuner de ses collègues. Ce major, membre de la DRPP, reste à son bureau. C'est là, au premier étage, qu'il est égorgé. « Les autres victimes sont, elles, frappées au niveau du thorax », relève une source proche du dossier. « Avec acharnement », ajoute une seconde source.

L'enquête met très rapidement en évidence l'achat d'un couteau, muni d'une lame de 33 cm en céramique, une matière non détectable par les portiques de sécurité. Mickaël H. se l'est procuré le matin même à proximité de la préfecture. Peu avant de passer à l'action, il a envoyé à sa femme un SMS évoquant cet achat. C'est un des éléments centraux qui fera basculer le dossier, tôt vendredi matin. L'épouse, qui se trouvait toujours en garde à vue vendredi, aurait répondu en substance : « Seul Dieu te jugera. Allahou akbar «.

Deuxième point central du début de l'enquête, l'analyse poussée du portable du meurtrier a démontré ses liens avec un prédicateur d'une mosquée du Val-d'Oise connu de la DGSI.


Mickaël Harpon, en charge de la maintenance des ordinateurs du millier de fonctionnaires du renseignement parisien, avait accès à des informations ultrasensibles, entre autres celles en lien avec l'islam radical. Il disposait d'une habilitation secret-défense, situation qui impose une enquête administrative approfondie. « Il disposait notamment des adresses de chaque fonctionnaire », s'inquiète un policier. Ces quatre dernières années pourtant, le comportement de cet agent administratif avait plusieurs fois attiré l'attention.

Sur procès-verbal lors des premières investigations, un des collègues de Harpon a indiqué qu'après l'attentat de Charlie Hebdo qui avait fait douze morts en janvier 2015, ce dernier s'était écrié : « C'est bien fait ! ». Le 30 août de la même année, Harpon relayait sur Facebook un article jugeant que « la France est classée en tête des pays les plus islamophobes d'Europe ». Pour autant, il restait inconnu des services de renseignement, ces alertes n'étant apparemment pas remontées.

À la mosquée de Gonesse, ville où habitait Harpon, on confirme que l'assaillant de la préfecture de police de Paris venait y prier régulièrement. Mais personne ne semble avoir détecté une quelconque radicalité. « Le soir en général, parfois le matin tôt mais jamais le vendredi en raison de ses horaires de travail. Il était présent à la prière il y a encore quelques jours », affirme-t-on.


On décrit un homme « très poli, discret et respectueux » qui serrait toujours la main des membres de l'association de la mosquée avec qui les conversations se cantonnaient à quelques échanges cordiaux en raison de son handicap (il souffrait de surdité). Pour les mêmes raisons, il semblait peu échanger avec les autres fidèles. « Il partait en général juste après la prière », explique-t-on. Et de préciser également que Mickaël Harpon s'était converti il y a déjà plusieurs années et qu'il n'avait « jamais donné aucun signe d'une pratique extrême de sa religion ».


Le matin de l'attaque, Harpon aurait refusé d'embrasser les femmes, selon un policier. La conduite des premières heures d'enquête laissera des traces au sein des services de police. Des policiers, sous couvert de l'anonymat, évoquent en effet des pressions sur des membres de la DRPP pour ne rien révéler des alertes passées sur le comportement de l'adjoint administratif. Quelques-uns en ont fait état à la Crim', refusant que leurs propos soient consignés sur procès-verbal.

Les autorités ont-elles cherché à minimiser la réalité ou, à tout le moins, retarder l'échéance de l'annonce d'un acte terroriste commis de l'intérieur ? Y a-t-il eu un problème de transmission de ces informations entre la DRPP, la PP et la place Beauvau ? Jeudi, peu après les faits, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, affirmait que l'adjoint administratif n'avait « jamais présenté de difficulté comportementale », ni « le moindre signe d'alerte ». Sollicité ce vendredi soir, le Parquet national antiterroriste se refusait à tout commentaire.



Kweeped from www.leparisien.fr by xavier 64 days ago
More Kweeps From www.leparisien.fr

Add a comment.

If you want to share this kweep with a user, just mention him like this: "@user_pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading