Tony Allen, maître hors norme des métronomes


tony allen, afrobeat
Tony Allen, maître hors norme des métronomes

Les batteurs se reconnaissent entre eux de trois façons (assez primaire au demeurant) :

1. L'intensité de leur frappe - déterminée par la quantité de muscles dans le tronc et les bras.
2. la grâce avec laquelle l'exercice rythmique voûte leur dos, et fait loucher leurs yeux.
3. le nombre de signature rythmiques jouées à l'unisson à la minute, indiquant inconsciement aux congénères la capacité de fonctionnement des lobes frontaux et pariétaux de l'espèce en question.

Certains sortent toutefois du lot : Art Blakey est son influence principale outre-Atlantique avec Max Roach dont les méthodes d'utilisations du hi-hat poussèrent Tony Allen techniquement vers un jeu plus fluide, permettant de mettre en avant ses polyrhytmies signatures.



Kweeped from www.djamlarevue.com by charles 1466 days ago
More Kweeps From www.djamlarevue.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

charles

TONY ALLEN : 1940 - 2020

Kweeped from kweepmail.com by charles 532 days ago


Brian Eno disait de Tony Allen qu'il était le « meilleur batteur qui ait jamais vécu ».

Le jeu de Tony Allen n'était pas spectaculaire mais juste, subtile, technique, intense.

Quand il quitta FELA avec qui il co-inventa l'Afrobeat, Fela eu besoin de [...]

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading