Jean-Baptiste Désiré Gallenne, le Français du 7e de cavalerie de la bataille de Little Big Horn


littlebighorn, amerindian, america, lorient, histoire
Jean-Baptiste Désiré Gallenne, le Français du 7e de cavalerie de la bataille de Little Big Horn

Jean-Baptiste Désiré Gallenne né à Lorient en Bretagne le 9 Février 1849 et décédé le 12 Février 1911 dans le district de Columbia aux USA, fit partie de la colonne qui attaqua la première les indiens sur le plateau près de la rivière Little Big Horn.

L'Historien, David Cornut raconte cette épopée dans son ouvrage "Little Big Horn, autopsie d'une bataille légendaire" paru aux Éditions Anovi, en 2012.

#story

Quand Jean-Baptiste Désiré Gallenne prend la piste avec Custer, en 1876, il a 27 ans.
Ancien étudiant né à Lorient, il a choisi l'exil en 1870 pour fuir un « passé rebelle » après sa participation à la Commune.

Le 30 septembre 1873, il s'engage dans le 7e de cavalerie de Custer.
Trois ans plus tard, il devient un cavalier aguerri, habitué aux longues expéditions étouffantes, en territoire ennemi. Il est apprécié. On le surnomme affectueusement le « Frenchy ».

Le 22 juin 1876, Gallenne, 1,70 m, yeux bleus et cheveux noirs, crayonne dans son journal intime que « les clairons sonnent et tous les drapeaux sont déployés ».
Pour motiver ses hommes, le lieutenant-colonel Custer a même amené une fanfare qui accompagne leur départ.

Gallenne ne profite guère du spectacle : atteint de pleurésie, il souffre le martyre.
Déprimé, il écrit : « Je suis si malade depuis trois jours, je me sens si malheureux, si triste, que je voudrais que Dieu m'ait fait quitter cette vie. »

Puis vint la bataille du 25 Juin.
L’ Historien, David Cornut raconte cette épopée.

Cette brûlante journée du 25 juin 1876 s'annonçait comme une campagne militaire normale pour l'armée américaine. Dans les plaines herbeuses du Montana, le 7e de cavalerie du célèbre général Custer était sur la piste des Sioux du fameux chef Sitting Bull.
Dix heures plus tard, Custer et 260 soldats étaient morts dans une bataille acharnée.
Le Lorientais Jean-Baptiste Gallenne fait partie de la colonne qui la première, attaqua sur le plateau, près de la rivière Little Big Horn : « Nous chargeons au galop. » Le village indien est surpris, mais les Sioux et Cheyennes contre-attaquent. Pour les 200 soldats, c'est le repli dans des bois Les braves de Sitting Bull sont maintenant 400.

« Ils nous encerclent ! »
Soudain, le commandant de la colonne de Galenne, un officier médiocre et alcoolique, déserte son unité ! Abandonnés, les troupiers se replient en désordre dans les collines.
Une seule compagnie se replie au pas : celle de Gallenne.

Arrivé près de la rivière Little Big Horn, le Breton subit la charge des Indiens : « Ils viennent sur nous, nous atteignent, nous encerclent ! Ils sont à 10 pas de nous, parmi nous ! » La retraite tourne à la lutte pour la survie.
« Les Indiens tirent sur nous de partout. »
Sur la colline, alors qu'au loin, la colonne de Custer combat à son tour les Indiens, Gallenne est assigné à la recherche d'eau pour les blessés.

Les deux jours suivants, alors que Custer et 200 hommes ont été tués et que les autres colonnes sont à nouveau assiégées, Gallenne risque sa vie en territoire hostile : « Nous sommes obligés de nous battre pour chaque goutte d'eau.»
Avant l'une de ses missions, il glisse dans son journal : « J'ai à peine la force de bouger. Que Dieu m'aide à revenir. »

Le 7e de cavalerie est finalement relevé le 27 juin 1876 par d'autres troupes de l'armée. Gallenne peut alors voir de lui-même « ce qui est advenu de Custer » : « Nous sommes passé à travers le champ du « massacre » - son étendue et sa vision sont simplement horribles. »
Gallenne retrouve les corps d'amis « avec la tête tranchée et scalpée ».
Le Breton, dont la violente pleurésie se réveille, reçoit une permission le 30 juin.

Mais Gallenne n'en a pas encore fini. Un an plus tard, le voilà aux prises avec les guerriers d'un autre chef mythique, Joseph, chef des Nez-Percés.

Gallenne, rattaché au chirurgien pour la bataille de Bear Paw Mountain, se rapproche des lignes indiennes pour porter assistance aux blessés.
Touché par des balles à la hanche et la jambe, il traverse le champ de bataille entier sur ses coudes, sous le feu des guerriers, pour rejoindre ses lignes. Son pied est amputé.

Il termine sa carrière militaire avec les honneurs le 27 avril 1878 et s'établit à Washington D.C., où il y fonde une famille. Il s'éteint le 12 février 1911.

Aujourd'hui, des Américains anonymes déposent des petits drapeaux sur la tombe du Frenchy, au cimetière de Mount Olivet, à Washington D.C.


#littlebighorn



Kweeped from kweepmail.com by charles 289 days ago
More Kweeps From kweepmail.com

Add a comment.

If you want to share this kweep with another user, just mention him like this: "@pseudo".

Share
Permalink
AD

 Related Kweeps

×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading